Les données de ce focus sur les musiciens de jazz, sont issues d’une large enquête portant sur l’ensemble des musiciens du secteur des musiques actuelles. Menée depuis juillet 2015, initialement en Région des Pays de Loire et en Centre-Val de Loire, cette enquête sonde la situation des musiciens d’aujourd’hui.

4,2 millions de français pratiquent la musique en groupe ! Nombre de ces musiciens pratiquant en groupe se produisent, occasionnellement ou régulièrement, sur scène. Cette catégorie d’acteurs essentielle du champ artistique et culturel, méritait un regard attentif pour affiner notre compréhension de l’écosystème musical. C’est pourquoi nous avons enquêté sur les données socio-démographiques, l’organisation de l’activité (production discographique, diffusion,…) et les conditions matérielles d’existence des musiciens.

Le choix d’interroger les musiciens professionnels comme les amateurs se produisant sur scène, vient d’une attention portée aux pratiques : dans les cafés-concerts comme sur les scènes d’envergure, les musiciens qui se produisent ne sont pas tous des professionnels ; de nombreux amateurs, dont les revenus ne sont pas principalement issus de la musique, œuvrent au dynamisme du spectacle. Et il est aussi apparu essentiel de prendre en considération l’ensemble de ces musiciens, quels que soient leurs statuts, à l’heure du projet de loi portant sur la Liberté de Création(LCAP) comportant un article visant à autoriser la participation des amateurs à des spectacles avec des professionnels.

Le questionnaire anonyme est transmis aux musiciens par les diffuseurs, programmateurs, lieux de pratiques, coordinateurs de réseaux,… L’enquête mobilise un comité de suivi composé de professionnels de la musique et de musiciens. Sur les 800 musiciens ayant répondu en décembre 2015, 303 pratiquent le jazz et les musiques improvisées et 133 le déclarent comme style principal. Ce focus s’inscrit dans la continuité des travaux du Pôle qui a publié en 2013 une étude sur la Scène Jazz de Nantes et St-Nazaire. Il est une étape précédant la publication portant sur l’ensemble des musiciens qui paraîtra courant 2016.

L’étude nous apprend que les musiciens font preuve d’un investissement conséquent (plus de la moitié d’entre eux enseignent la musique et les 3/4 sont impliqués dans au moins une association), ce qui occasionne un dynamisme culturel important (près d’un tiers ont tourné en Europe ou ont mené des actions culturelles). Cependant ils connaissent aussi des difficultés, notamment liées à la diffusion (plus de la moitié d’entre eux estime que le nombre de concerts auxquels ils participent a diminué ou stagné au cours des 5 dernières années) mais encore une certaine précarité : en effet 83% des musiciens professionnels perçoivent moins que le salaire annuel moyen en France s’élevant à 25 500€ et 80% des intermittents ne sont pas sûrs de renouveler leurs droits.